Saki, lui aussi, c'est Pierre Daninos qui me l'a fait découvrir. Son anthologie Tout l'humour du monde comprend trois de ses nouvelles : La Fenêtre ouverte, La Chambre de débarras, et La Carnassière.il

Par la suite,  j'ai possédé deux de ses ouvrages traduits en français : L'insupportable Bassington (suivi de 22 nouvelles inédites), traduit par Raymonde Asselin et Michel Doury et paru en 1990 chez Julliard, et L'Omelette Byzantine, un recueil de nouvelles dont le contenu échappe à ma mémoire pour la simple raison qu'il s'est mystérieusement échappé de ma bibliothèque.

Je suppose quand même que c'est dans ce recueil que figuraient Sredni Vashtar et L'œuf de Pâques, les deux plus épouvantables histoires des Chroniques de Clovis (seule traduction de Saki à laquelle je me suis risqué à ce jour), car je les connaissais avant de lire la version originale. Ma traduction a sans doute été un peu influencée par le souvenir que j'en ai.